Entre masques et désinfectants, L’OSAD (Organisation de soins à Domicile) reprend ses activités

Photo d'un repas

Entre masques et désinfectants, L’OSAD (Organisation de soins à Domicile) reprend ses activités.

Ambiance protectrice
La reprise des activités par groupe de 5 était attendue. Après 9 semaines de confinement, tous sont heureux de reprendre les activités. Au même titre que les autres professionnels, l’osad s’adapte pour faire face aux directives sanitaires.

Entre sourires masqués et timide retour aux activités
À peine arrivés devant l’osad que les premières consignes liées à la pandémie annoncent la couleur : sur la table dans le hall d’entrée, elles laissent à peine entrevoir l’intérieur des salles.
Une fois franchie la porte, solution hydro alcoolique et masques nous rappellent que pour aller plus loin, il faut s’équiper en conséquence.

À l’osad, lieu où les contacts humains sont nombreux, les clients ont répondu présents à la reprise des activités.

Plaisir de communiquer, plaisir d’échanger, plaisir de déguster

Si les protections sanitaires créent une distance à laquelle nous ne sommes pas encore habitués, elles permettent cependant des retrouvailles et une activité sociale.

« J’ai revu personne depuis le 16 mars, pour moi le confinement c’est comme si j’avais enfin la permission d’être moi-même et de ne plus devoir me justifier sans cesse de vivre à mon propre rythme.»

« Je n’ai jamais beaucoup apprécié la vie sociale, en même temps, je me suis rapprochée de ma mère, qui vit à côté de moi. Nous avons un petit rituel : chaque jour, on se lit un extrait de livre au téléphone »

« Puis la visite de ma référente sociale me ravit, on s’accorde mieux à faire la cuisine ensemble autour du repas élaboré durant l’atelier cuisine »

« Cela fait du bien de revoir le personnel OSAD, de refaire la cuisine, d’être à table avec du monde. Lors du confinement, mes sorties c’étaient les commissions et à la maison, les tâches ménagères.»

« Afin de me faire plaisir, je regardais la télé, j’écoutais de la musique, j’ai réalisé des mandalas puis quelques visites virtuelles de musées avec l’aide de ma référente sociale”


« Mon référent soins m’appelait chaque semaine, ma référente sociale, j’ai pu la voir 2 fois par semaine, les amies et la famille m’ont aidé à traverser cette période longue. »

À propos de l’atelier

L’atelier cuisine permet aux clients de préparer et servir des repas aux invités de l’activité. Les compétences travaillées sont axées sur la diététique, la gestion de budget, l’hygiène et la composition des menus en accord avec la saison.

Actuellement le groupe est composé de 4 clients. L’atelier cuisine donne aux clients l’opportunité de sortir de leur domicile, de se retrouver, de communiquer d’échanger, alors que ceux–ci vivent une incertitude sociale et subissent souvent une déstructuration du quotidien et éprouvent des angoissent en lien avec la pandémie.

Les bonnes raisons de se retrouver en groupe autour de l’atelier cuisine

La cuisine ce n’est pas toujours simple en groupe… pourtant ces moments sont primordiaux pour échanger et resserrer les liens du groupe et favoriser le facteur socialisation.

Le fait de participer à la préparation des repas renforce le sentiment d’unité. La table joue un rôle important dans des règles sociales du « bien vivre ensemble » et permet l’entraînement aux habilités sociales.
Mme B, nous confie vouloir sortir avec le groupe pour manger au restaurant afin de fêter le déconfinement, Mr A, nous demande quand aura lieu la sortie au cinéma ?

En définitive, le repas pris autour de la table représente un rituel qui permet à tous de se sentir bien. Il constitue un élément de bien-être et autant de valeurs qui sont chères à cet atelier qui souhaite faire des repas un moment unique de partage pour tout le groupe.


Obert Lidia

arrow_leftarrow_rightaudiencecaretclosehamburgermailpenphonepin